Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 août 2012 5 17 /08 /août /2012 08:00

 

La Révolution française et le premier Empire

 

 

  1. La Révolution

Le renouveau venu d’Amérique

 

La pression fiscale du roi d’Angleterre Georges III sur les colonies d’Amérique entraîne la révolte des « insurgents » en décembre 1770. Le 4 juillet 1776, les délégués des colonies adoptent la déclaration d’indépendance et appellent  à prendre les armes, à se rassembler derrière Georges Washington qui commande les troupes insurgées.

Après 7 années de guerre, en 1783, l’Angleterre doit reconnaître la perte de ses anciennes colonies d’Amérique.

L’indépendance est proclamée le 4 juillet 1786 et la Constitution de l’année suivante instaure une république avec séparation des pouvoirs.

C’est une révolution politique qui a un large écho en France au marquis de La Fayette (général français, héros de la guerre d’indépendance des Etats-Unis)qui combattait avec les troupes françaises, alliées des insurgés, et à Thomas Jefferson, rédacteurs de la déclaration d’indépendance et premier ambassadeur en France. 

La monarchie française dans une voie sans issue

Le déficit financier est chronique. Necker, ministre chargé des finances royales à partir de 1776, refuse de lever de nouveaux impôts. Il fait appel à l’emprunt, tente de réduire les dépenses, dénonce les fastes de la cour, les pensions versées aux courtisans et la folie dépensière de Marie Antoinette, épouse de Louis XVI.

En 1781, il démissionne ; Calonne puis Brienne tentent à leur tour de trouver une solution à la crise financière, en vain. En 1789, les dépenses de la cours s’élèvent à 32 millions de livres soit ¼ des dépenses civiles.

Ainsi, à la fin des années 1780, la monarchie est en situation de faillite financière.

 

La crise de l’année 1788

En 1787 et 1788, de mauvaises récoltes provoquent disettes et augmentation du prix du blé. Les couches populaires consacrent la totalité de leur revenu à l’alimentation, l’artisanat voit ses commandes s’effondrer et le chômage s’installe. Les paysans sont ruinés par l’impôt.

Face à la volonté du roi d’instituer de nouveaux prélèvements, les parlements apparaissent comme les défenseurs de la population face au despotisme alors qu’ils sont tenus par la noblesse qui ne fait que défendre ses privilèges.

A Grenoble, le 7 juin 1788, le petit peuple défend ses parlements contre les troupes royales. C’est la « journée des tuiles » ». Face au soulèvement paysans contre les impôts et les droits seigneuriaux qui augmentent, face aux émeutes d’artisans, au chômage, le roi se résout à convoquer l’ensemble des parlementaires par des Etats Généraux le 1er mai 1789.

 

L’année 1789

Après rédaction des cahiers de doléances, les Etats généraux s’ouvrent le 5 mai à Versailles et sont porteurs d’un grand espoir.

Le roi refuse alors le vote par tête. Face à ce blocage, les députés du tiers état qui représentent la quasi-totalité de la population se proclament le 17 juin Assemblée Nationale et s’engagent le 20 juin, dans la salle du jeu de paume, à doter la France d’une constitution.

Rejoints le 9 juillet par les députés des deux autres ordres, ils se proclament Assemblée Nationale Constituante. 

Le serment du jeu de paume. 

 

ME0000065269_3.jpg

David, 1791

Face au refus du roi, le tiers état se proclame Assemblée nationale et appelle les deux autres ordres à le rejoindre. Louis XVI fait fermer la salle de réunion des députés. Ces derniers se portent alors dans la salle du jeu de paume. Le 20 juin 1789, ils prêtent serment de ne jamais se séparer avant d’avoir rédigé une Constitution.

Face à la fermeté du roi qui refuse l’affaiblissement de son pouvoir et effrayés par les troupes massées autour de la capitale, les parisiens prennent la Bastille le 14 juillet.

La grande peur qui s’étend dans les campagnes, amènent la noblesse et le haut clergé à abandonner leurs privilèges pendant le nuit du 4 août.

Le 26 août, l’Assemblée Constituante adopte la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen.

Le 14 juillet 1790, lors de la fête de la fédération, le roi prête serment à la constitution.

A partir de 1791, une nouvelle France apparaît, c’est une monarchie constitutionnelle.

La France est divisée en 83 départements, avec une nouvelle justice, des finances réorganisées, les biens du clergé sont saisis.

La tentative de fuite du roi en juin 1791, la déclaration de guerre à l’Autriche le 20 avril1792 et l’invasion de la France par les Autrichiens et les Prussiens, précipitent les évènements.

La République est proclamée le 22 septembre 1792.

Le roi est exécuté le 21 janvier 1793.

De réelles avancées sociales et politiques ont lieu (le suffrage universel remplace le suffrage censitaire).

Mais la dictature sanglante que Robespierre met en place pour éliminer les contre révolutionnaires, la Terreur est à l’opposé même des généreux principes de 1789.

Le Directoire, période qui suit l’arrestation puis l’exécution de Robespierre, est marquée par des difficultés politique, financières et une grande instabilité.

Bonaparte s’en sert pour confisquer le pouvoir à son profit.

L’Empire

Un régime personnel

En 1802, Bonaparte devient Consul à vie mais évolue très vite vers le despotisme.

En 1804, il devient par plébiscite, « Empereur des français »et le sacre a lieu le 2 décembre. Mais il veut aussi garantir les acquis de la Révolution. Pour cela, il doit réunir trois conditions : assurer la paix et la place de la France, asseoir un régime politique fort et affirmer son autorité.

Afin d’assurer la paix religieuse, il signe en 1801, un Concordat avec le Pape.

A l’intérieur, les français subissent un régime répressif avec surveillance policière, censure de la presse, contrôle des enseignants. Pour stabiliser la société, l’Empire met en place ses institutions solides.

Les masses de granit

Le Code Civil affirme les acquis de 1789 : abolition des privilèges, égalité devant la loi et liberté de conscience. La famille représente la base de la société et le père dispose d’une autorité absolue sur sa femme et ses enfants.

Le France germinal permet de stabiliser les fiances en parallèle avec la création de la Banque de France.

La création de lycées (dont les bibliothèques sont identiques et contrôlées) et de l’Université, permet à l’état de disposer de fonctionnaires bien formés, compétents et peur enclins à la contestation.

La légion d’honneur récompense les bons serviteurs de l’état.

La catéchisme impérial qui impose une obéissance totale à l’empereur, formate les jeunes esprits.

A l’actif de l’Empire : une France plus moderne

Dès 1800, les autorités locales sont remplacées par des fonctionnaires.

Dans un empire français découpée en départements, les préfets représentent l’Etat et interviennent dans de nombreux domaines :

-enquêtes ;

-police, renseignement,

-conscription ;

-contrôle de l’imposition ;

-statistiques.

L’activité économique reprend, grâce entre autres aux subventions gouvernementales et aux bourses de commerce.

Les salaires des ouvriers sont élevés mais ceux-ci n’ont pas le droit de faire grève et leurs déplacements sont contrôlés par le livret de l’ouvrier.

Les guerres de l’empire créent de nouveaux marchés.

La création d’une noblesse d’empire fidélise la bourgeoisie et les officier de l’armée. 

L’asservissement des peuples

Napoléon, dans sa volonté d’étendre son empire, a mené de nombreuses guerre, a annexé de nombreux territoires et fait passer sous son contrôle  des états à la tête desquels il a placé les membres de sa famille.

Les pays dominés sont saignés financièrement pour l’entretien de la grande armée. La domination française devient vite insupportable à tous.

En Espagne, le soulèvement des habitants de Madrid contre l’occupant est réprimé avec une sauvagerie inouïe : on fusille en continu dans les jardins du Prado.

 

La fin

Définitivement vaincu à Waterloo, par les armées des pays d’Europe coalisés contre la France, l’Empire de Napoléon s’effondre en 1815.

L’ex empereur est déporté à l’île de Sainte Hélène où il meurt en 1821.

La même année, au congrès de Vienne, les puissances vainqueurs,  Autriche, Angleterre, Prusse, Russie, modifient à leur profit les frontières des états d’Europe.

C’est le retour à l’ordre ancien, les réformes révolutionnaires sont abolies.

Repost 0
Published by maprepacrpe2013 - dans Histoire
commenter cet article
16 août 2012 4 16 /08 /août /2012 08:01

C’est un mouvement intellectuel. La métaphore de la lumière illustre de grands progrès dans le savoir, une ouverture de l’esprit humain qui sort des ténèbres de l’obscurantisme.

Ce mouvement est mené par des hommes de lettres, anglais, français ou allemands, les «philosophes ».

Leurs idées circulent, connaissent un grand retentissement et déterminent l’évolution de la société au XVIIème siècle.

L’homme, naturellement bon, est désormais guidé par la raison.

 

    La raison éclaire l’homme

      L’homme sort de l’obscurantisme, il est capable de connaître, de raisonner et de comprendre. L’éducation est un des piliers du mouvement des Lumières. Dans de nombreux pays européens, on débat l’instruction et la scolarisation, sur ses buts, sur ses modalités.

      L’éducation doit-elle être obligatoire ou facultative, réservée aux élites ou ouvertes à tous ?

      Certains états prennent des initiatives fortes, ainsi en Prusse, un cursus scolaire complet est mis en place en 1763, depuis les écoles rurales jusqu’à l’université. L’Autriche fait de même.

      Un rand essor scientifique anime le milieu des savants qui dissèquent, classent, répertorient, comme Buffon.

      Ces travaux alimentent des publications prestigieuses comme l’Encyclopédie, « Dictionnaire raisonné des Sciences, Arts et Métiers «  œuvre où Diderot et d’Alembert font en 17 volumes de textes et 11 volumes illustrés, l’inventaire de tout le savoir humain.

      La raison s’applique aussi à l’art du gouvernement et plusieurs monarques appellent des philosophes à leur cour. Voltaire rend visite à Frédéric II de Prusse et Diderot est accueilli par Catherine II de Russie. Ces monarques sont des « despotes éclairés ».

      En s’éloignant de Dieu, l’Homme lutte contre les superstitions et l’ignorance. Les soi-disant vérités révélées par les religions sont rejetées et on critique violemment les dogmes, les clergés et les rituels imposés.

      Dieu est le même pour tous et la tolérance religieuse doit être respectée et appliquée partout.

        

      La république des Lumières

        Des salons parisiens ou provinciaux, des cafés, des sociétés savantes sont des creusets où bouillonnent les idées nouvelles qui circulent grâce à des réseaux complexes.

        Les idées se répandent, les correspondances sont abondantes et il y a une grande mobilité individuelle.

        Le français devient la langue des élites. La presse prend une grande importance, jour un rôle essentiel dans la transmission des idées.

        Dans une nouvelle approche du pouvoir politique, certains philosophes commencent à avancer, au nom de la raison et de l’égalité naturelle entre les hommes, des idées neuves, susceptibles de modifier les rapports entre le roi et ses sujets et l’exercice même du pouvoir.

        Montesquieu, dans l’esprit des lois en 1748, évoque la séparation des pouvoirs.

        Rousseau, dans le contrat social, en 1762, écrit que tout pouvoir ne peut résider que dans la nation  souveraine et Voltaire dans ses lettres philosophiques en 1734 s’interroge sur la façon pour u homme d’être utile à son pays, critiquant les courtisans.

        La France, par l’influence de ces philosophes et par son rejet croissant de l’absolutisme, tient une grande place dans ce mouvement des Lumières qui annonce les grands bouleversements à venir.

         

         

         

        lumieres.jpg

        Repost 0
        Published by maprepacrpe2013 - dans Histoire
        commenter cet article
        9 août 2012 4 09 /08 /août /2012 14:05

        à lire : http://www.europe1.fr/International/L-Homo-erectus-avait-de-la-compagnie-1199289/

         

         

        De nouveaux fossiles ont parlé : deux autres lignées d'Homo cohabitaient notre ancêtre.

        L'évolution humaine n'en finit pas de révéler sa complexité. Trois fossiles découverts au Kenya à la fin des années 2000 attestent de la diversité des premiers représentants du genre Homo, auquel appartient l'Homme moderne, selon une étude publiée mercredi dans la revue scientifique britannique Nature.

        "L'évolution humaine n'est pas une ligne droite"

        Ces nouveaux fossiles - une face, une mâchoire inférieure complète et une partie d'une seconde mâchoire inférieure - confirment qu'ont co-existé sur le continent africain, il y a près de deux millions d'années, deux espèces distinctes de l'Homo erectus : l'Homo habilis et l'Homo rudolfensis.

        "Il est maintenant clair que deux espèces d'Homo ont vécu en même temps que l'Homo erectus", a déclaré Fred Spoor qui a dirigé les analyses scientifiques en relevant : "l'évolution humaine n'est manifestement pas la ligne droite" qui a pu être tracée par le passé.

        Le débat sur le nombre des espèces d'Homo dure depuis une quarantaine d'années : en 1972, la découverte d'un crâne connu sous l'appellation "KNM-ER 1470", sur le site de Koobi Fora au Kenya a lancé la controverse.

        D'abord été classé parmi les Homo habilis, puis attribué au genre Australopithecus, le crâne fût finalement à l'origine de la création d'une nouvelle espèce : l'Homo rudolfensis – une appellation inspirée par le lac Rodolphe, ancien nom du lac Turkana.

        Sans mâchoire inférieure et sans dents, le crâne restait jusque là difficile à comparer. De plus, la découverte restait isolée.

        "Enfin des réponses"

        A présent, les trois fossiles mis au jour dans un rayon d'une dizaine de kilomètres autour de la localisation de KNM-ER 1470 permettent d'en compléter le portrait.

        "Ces 40 dernières années, nous avons activement recherché dans la vaste étendue de sédiments autour du lac Turkana des fossiles qui confirment les caractéristiques uniques du visage de KNM-ER 1470 et nous montrent à quoi ses dents et sa mâchoire inférieure auraient ressemblé", a expliqué Meave Leakey co-directrice des recherches. "Nous avons enfin des réponses", a-t-elle ajouté.

        "Les nouveaux fossiles vont grandement contribuer à éclairer la manière dont notre branche de l'évolution humaine est apparue et a prospéré il y a près de deux millions d'années", a souligné Fred Spoor.

        Un éclairage passionnant, mais gare aux interprétations hâtives, mettent en garde certains experts en appelant à poursuivre les analyses.

         

        Repost 0
        Published by maprepacrpe2013 - dans Histoire
        commenter cet article
        6 août 2012 1 06 /08 /août /2012 10:04
        Repost 0
        Published by maprepacrpe2013 - dans Histoire
        commenter cet article
        16 juillet 2012 1 16 /07 /juillet /2012 10:32

        Selon un sondage, une majorité des moins de 35 ans ignore cet épisode de la Shoah.

         

        "Avez-vous déjà entendu parler de la rafle du Vel d'Hiv ?" Non, ont répondu une majorité (57 à 67%) des moins de 35 ans interrogés à l'occasion d'un sondage publié lundi pour la commémoration des 70 ans de cet événement de la Seconde guerre mondiale.

         

        Les 16 et 17 juillet 1942,13.152 juifs ont été raflés, dont 8.160 ont été enfermés par les autorités françaises au Vélodrome d'Hiver, un stade près de la Seine, dans le XVe arrondissement de Paris, avant d'être emmenés dans le camp de Drancy puis d'être déportés vers les camps d'extermination allemands. Seule une petite centaine de juifs survécurent à cette rafle.

        25% des plus de 65 ans l'ignorent aussi

        Dans le détail, le sondage CSA réalisé auprès de 1.056 Français selon la méthode des quotas montre que 67% des 15-17 ans, 60% des 18-24 ans, et 57% des 25-34 ans n'ont jamais entendu parler de la rafle du Vel d'Hiv. Mais 25% des plus de 65 ans ignorent également cet événement des 16 et 17 juillet 1942, pour une moyenne tous âges confondus de 42%.

        "Moins d'un tiers des étudiants français savent que c'est la police française qui a procédé à la rafle du Vel d'Hiv (32%), et moins de la moitié des Français dans leur ensemble (46%)", souligne encore l'Union des étudiants juifs de France (UEJF), qui a commandé ce sondage, dans un communiqué.

         

        "Pas la moindre idée"

        Quelques jeunes ont affiché leurs lacunes sur le sujet au micro d'Europe 1. "Je ne vois pas", "pas la moindre idée", ou "c'est l'enlèvement des juifs par les nazis à Marseille", ont-ils notamment répondu à la question.

        Pour ceux qui en ont entendu parler, c'est en premier lieu grâce aux films et documentaires (87%), loin devant leur entourage (53%), l'école (49%) et Internet (21%), liste le sondage. En revanche, 85% des Français et 88% des jeunes de 18 à 24 ans "considèrent que la transmission de la mémoire de la Shoah est importante".

         

        "Dégradation du niveau d'instruction"

        Serge Klarsfeld, invité d'Europe 1 lundi, dit "avoir pris acte" de ce sondage qui montre une dégradation du niveau d'instruction de la jeunesse". L'avocat, "chasseur de nazis" avec sa femme Beate, estime qu'"aujourd'hui, l'histoire n'a plus beaucoup d'importance". Mais il estime toutefois "remarquable" l'enseignement de la Shoah.

        Lundi, une cérémonie aura lieu à partir de 11 heures à la cité de la Muette, devant l'ancien camp d'internement d'où furent déportés vers les camps d'extermination des milliers de Juifs, victimes notamment de la grande rafle de juillet 1942, a indiqué le rabbin Moché Lewin, porte-parole du Grand Rabbin de France.

        Repost 0
        Published by maprepacrpe2013 - dans Histoire
        commenter cet article
        6 juillet 2012 5 06 /07 /juillet /2012 19:31

        Qu’est-ce qui caractérise le paléolithique ?

         

        C’est la plus longue période de la préhistoire. L’homme est alors prédateur, chasseur cueilleur, pêcheur et nomade. Le Paléolithique commence avec les premières traces d’industrie lithique et se termine il y a 12 000 ans. Cette division de la préhistoire et découpée en trois périodes de durée inégale :

        Le Paléolithique inférieur : entre 1,8 MA et – 300 000 ans. Les premiers australopithèques sont présents en Afrique de l’est et du sud, ainsi que les premiers représentants du genre homo : homo Rudolfensis et homo habilis, qui se déplace debout en permanence et fabrique des outils d’hominidés, l’homo ergaster et l’homo erectus. L’industrie de la pierre taillée évolue avec les bifaces et les hachereaux.

        La chasse se développe, les hommes du paléolithique inférieur n’hésitent pas, en bande, à s’attaquer aux plus gros mammifères avec des pieux en bois. Les hommes sont des prédateurs nomades mais la découverte et la domestication du feu, presque à la fin de la période, permet de concevoir une vie dans des campements provisoires et mobiles. Les grottes ne sont utilisées qu’en façade sur la zone éclairée.

        Le paléolithique moyen (entre -300 000 et – 30 000 ans), disparition du néanderthalien et apparition de l’homo sapiens provenant du proche orient. C’est un être évolué, avec des préoccupations esthétiques, culturelles, avec des capacités intellectuelles. Il disposait vraisemblablement du langage et utilise un outillage varié. Il sait débiter des blocs de silex en anticipant sur les formes souhaitées et certains outils utilisés étaient emmanchés. Il sait travailler l’os et tailler des lames en silex très fines.

        Le paléolithique supérieur (entre -30 000 et – 12000) est marqué par la domination de l’homo sapiens, l’homme moderne venu de l’est à la fin de la dernière période glaciaire.

        La figure la plus connue de l’homo sapiens est l’homme de Cro Magnon, du nom d’un petit abris sous roche en Dordogne. Au début du paléolithique supérieur, l’homme chasse avec des sagaies (dont la portée et la puissance peuvent être augmentées par un propulseur) ou en piégeant les animaux. Le réchauffement climatique modifie la nature de la faune, la chasse aux petits mammifères, en forêt, nécessite des tirs longs et précis, l’arc apparaît vers 17 000, en même temps que des pointes de flèches fines et tranchantes.

        L’art se développe sous deux formes : l’art mobilier décore des objets usuels facilement transportables, faits pour durer (comme des propulseurs) ou s’exerce sur des objets à vocation artistique pure (statuettes féminines de types « vénus), et l’art pariétal sur les parois des cavernes ou des abris sous roche.

        100163-1.JPGImage : quelques outils du Paléolithique

        Repost 0
        Published by maprepacrpe2013 - dans Histoire
        commenter cet article
        9 juin 2012 6 09 /06 /juin /2012 19:36

        1944 : le droit de vote et d’éligibilité est accordé aux femmes.

        1945 : les femmes votent pour la première fois en avril 1945 aux élections municipales.

        1946 : « La loi garantit à la femme, dans tous les domaines, des droits égaux à ceux de l’homme » : le principe d’égalité entre hommes et femmes est proclamé dans le préambule de la Constitution.

        1965 : Les femmes mariées ont le droit d’exercer une activité professionnelle sans l’accord de leur mari. Elles peuvent librement ouvrir un compte en banque..

        1974 : loi Neuwirth autorisant l’utilisation des moyens de contraception

        1965 : le taux de scolarité des filles est égal à celui des garçons.

        1970 : Remplacement de la notion de chef de famille par l’autorité parentale partagée entre le père et la mère.

        1974 : législation de l’avortement (loi Veil)

        1985 : Egalité des époux dans la gestion des biens matériels de la famille

        1999 : Révision de la Constitution : insertion d’un alinéa stipulant que « la loi favorise l’égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et fonctions électives ».

        Repost 0
        Published by maprepacrpe2013 - dans Histoire
        commenter cet article
        13 mai 2012 7 13 /05 /mai /2012 07:52

        Le site "Histoire de France pour tous" est assez intéressant à lire pour le crpe :

         

        http://www.histoire-pour-tous.fr/histoire-de-france.html

         

         

        Repost 0
        Published by maprepacrpe2013 - dans Histoire
        commenter cet article
        2 avril 2012 1 02 /04 /avril /2012 16:21

        A SAVOIR :

         

         

         

        Après la Révolution, la France est un pays où se succèdent différents régimes politiques : Empire, Monarchie, République. Aux changements politiques, s'ajoutent les transformations de la société. La France connaît elle aussi les révolutions industrielles qui permettent un fort développement du pays.

        1 La France de 1848 à 1870

         
         


        1.1 La Seconde République

         
         

        La Seconde République, qui se veut démocratique et libérale, ainsi que le suffrage universel masculin sont proclamés après la révolution de février 1848. Les Français, ruraux à 75% y adhèrent pleinement d'autant plus que de nombreuses décisions politiques et symboliques sont prises comme la plantation d'arbres de la liberté, l'abolition de l'esclavage et le rétablissement de libertés: presse, réunion…
        Les mesures sociales prises ne permettent pas de résoudre la crise économique et les problèmes sociaux. Ainsi l'annonce de la fermeture des Ateliers nationaux crées pour résorber le chômage entraîne le soulèvement des ouvriers parisiens. Cette insurrection, les Journées de juin est réprimée et se termine par un bain de sang. La République sociale laisse alors la place au parti de l'Ordre, soucieux de préserver l'ordre social et la propriété. Ce parti soutient l'élection de Louis Napoléon Bonaparte comme Président en espérant pouvoir le manipuler. Les conservateurs remportent les élections législatives de mai 1849 mais craignent les socialistes.
        Un conflit s'instaure entre le Président, qui veut rétablir l'Empire et moderniser l'économie, et les conservateurs qui votent des lois réactionnaires et sont pour la Monarchie. L'Assemblée refusant de réviser la Constitution qui interdit la réélection immédiate du Président est dissoute et le suffrage universel, qu'elle avait voulu limiter, est rétabli. Les réactions plus vives en Province sont vite réprimées et le Coup d'Etat du 2 décembre 1851 est approuvé par plébiscite (Victor Hugo part en exil). Le Second Empire, approuvé aussi par un plébiscite, est proclamé le 2 décembre 1852.

        1.2 Le Second Empire

         

        La période autoritaire.
        L'empereur qui tient son pouvoir du peuple et qui le consulte par plébiscite, a tout le pouvoir exécutif et a seul l'initiative des lois. En réalité, vu l'organisation du système, c'est lui qui contrôle tout.
        La France est sous surveillance, les grandes libertés publiques sont suspendues et toute opposition est bâillonnée.
        La période libérale
        A partir de 1859, l'Empire se libéralise et s'oriente vers le parlementarisme. Des libertés sont rétablies afin de trouver de nouveaux soutiens. Cela permet la renaissance de l'opposition alors que la politique extérieure est impopulaire (question romaine, expédition du Mexique). -Les élections de 1869 voient le succès du Tiers-Parti et la progression des républicains. Emile Ollivier est alors chargé de former un gouvernement " représentant fidèlement la majorité du Corps législatif ". L'Empire dont les réformes ont été plébiscitées en mai 1870 semble alors solide. Pourtant la défaite à Sedan face aux Prussiens met fin à ce régime et la République est proclamée le 4 septembre 1870 à Paris.

        1.3 Les transformations de la France

         

        La France connaît une forte expansion économique due en partie à une conjoncture favorable et en partie à la volonté de l'empereur, influencée par les idées des Saint-Simoniens. Napoléon III s'intéresse au sort des masses et privilégie le développement économique : le crédit est favorisé par la création de grandes banques de dépôt ;un grand intérêt est porté aux transports, aux grands travaux (Canal de Suez, travaux du baron Haussmann) et aux échanges commerciaux (traité de commerce avec l'Angleterre en 1860).

        2 La France de 1870 à 1914

         


        2.1 Une IIIème République incertaine

         

        La Commune de Paris. La République a été proclamée alors que la France était encore en guerre contre la Prusse. Les Parisiens qui ont résisté au siège pendant tout l'hiver se sentent humiliés lorsque Thiers accepte l'entrée et le défilé des Prussiens en mars 1871. Les décisions de supprimer la solde de la garde nationale et d'enlever les canons sur les hauteurs de Montmartre entraînent la révolte, la Commune de Paris, qui s'achève par un affrontement sanglant entre Communards et Versaillais commandés par le maréchal Mac-Mahon : environ 20 000 morts, 30 000 arrestations et des condamnations à la déportation sont prononcées.
        • Versaillais : Opposants à la Commune de Paris. Thiers a fixé le siège du gouvernement à Versailles.
        Hésitation entre monarchie et république. Bismarck qui a signé l'armistice avec le gouvernement provisoire de Défense nationale, exige des élections. Celles-ci avantagent les monarchistes favorables à la paix. Adolphe Thiers est désigné comme " chef du pouvoir exécutif de la République " et signe le 10 mai 1871, le traité de Francfort par lequel la France cède l'Alsace et le Nord de la Lorraine et s'engage à verser 5 milliards de francs-or d'indemnités de guerre. La République est menacée par la restauration de la monarchie et Thiers (président de la République depuis août 1871), partisan d'une République conservatrice doit démissionner en 1873. Il est remplacé par Mac-Mahon (de famille légitimiste) qui instaure une politique d' "ordre moral " en vue de préparer une nouvelle " Restauration " avec le comte de Chambord.
        La République victorieuse avec l'amendement Wallon. En 1875, trois lois constitutionnelles fixent les bases du régime : le président est élu pour sept ans, le pouvoir législatif est confié au Sénat et à la Chambre des députés. Aux élections de février 1876, les républicains deviennent majoritaires et le régime évolue vers le parlementarisme. Mac-Mahon renvoie alors le président du Conseil Jules Simon et dissout la Chambre des députés : c'est la crise du 16 mai 1877. La majorité républicaine, confirmée par les élections d'octobre 1877 se retrouve au Sénat en janvier 1879. Mac-Mahon démissionne alors et est remplacé par le républicain Jules Grévy. La République est aux mains des républicains.
        • Légitimistes : ils souhaitent rétablir une monarchie de droit divin au profit du Comte de Chambord, petit-fils de Charles X, descendant direct des Bourbons et de ce fait, héritier légitime.Ils refusent de renoncer au drapeau blanc.
        • Orléanistes : Partisans de la famille d'Orléans dont l'héritier est le comte de Paris. Ils acceptent l'héritage de 1789 et veulent instaurer une monarchie constitutionnelle.

        2.2 La République et ses crises

         

        Des mesures fondamentales.
        Les républicains au pouvoir doivent faire face à l'opposition des monarchistes, des bonapartistes et des radicaux. Ils lancent une série de réformes et prennent des mesures symboliques. A l'initiative de Jules Ferry, les lois scolaires de 1881 et1882 instaurent l'enseignement primaire gratuit, obligatoire et laïque. Une série de lois assure l'exercice des grandes libertés : liberté de réunion, de presse... En 1905 aura lieu la séparation de l'Eglise et de l'Etat.
        Les crises.
        -La crise boulangiste (1887-1890). Le général Boulanger ayant acquis une grande popularité comme ministre de la Guerre il fait peur au gouvernement et en est écarté. Elu à de nombreuses élections partielles, il est poussé par ses partisans à tenter un coup d'Etat, mais il s'y refuse et s'enfuit en Belgique où il se suicide en 1891.
        -Le scandale de Panama en novembre 1892, révèle la collusion entre le monde des affaires et celui de la politique. Avec la faillite de la Compagnie du Canal de Panama, on découvre qu'une centaine de parlementaires, essentiellement de gauche ont perçu des pots de vin pour voter une loi permettant à la compagnie de lancer un emprunt.
        -L'agitation des anarchistes avec l'assassinat du président Sadi Carnot.
        -L'affaire Dreyfus provoque à partir de 1894 une crise profonde qui divise la France entre les dreyfusards qui demandent la révision du procès au nom de la justice et les antidreyfusards qui ne veulent pas remettre en cause l'honneur de l'armée. Dreyfus sera gracié par le président Loubet et ne sera réhabilité qu'en 1906.

        2.3 Les transformations de la société française

         

        En 1914, la France compte 39 millions d'habitants, dont 56% sont des ruraux. On assiste à un exode rural avec la mécanisation des campagnes. Avec l'industrialisation apparaît la classe ouvrière (30% de la population active). Celle-ci s'organise et revendique de meilleures conditions de travail. Le syndicat CGT, Confédération Générale du travail est créé en 1895.
        De graves troubles éclatent en 1907 dans les vignobles du Midi et le 17ème régiment d'infanterie refuse de tirer sur la foule et fraternise avec elle. Clémenceau qui réprime les différents mouvements devient le " briseur de grèves et le premier flic de France". Malgré tout des réformes sociales sont votées en faveur des ouvriers : journée de 10 heures pour les enfants et les femmes, augmentation des salaires…La France connaît aussi une instabilité ministérielle. L'extension coloniale se poursuit et des tensions ont lieu avec l'Allemagne.

        Conclusion

         

        La période 1848-1914 a été celle des transformations majeures en France. Après des tâtonnements, la République semble être bien établie malgré les troubles sociaux intérieurs et les menaces extérieures (poudrière des Balkans, Allemagne). Cette période a été riche sur le plan scientifique et culturel : peinture, littérature… La période précédant la guerre de 1914-18 sera appelée par la suite, la Belle Epoque.
        Repost 0
        Published by maprepacrpe2013 - dans Histoire
        commenter cet article
        11 février 2012 6 11 /02 /février /2012 09:10

        A tous les niveaux, pour tous les thèmes existe toujours un encart "Vocabulaire": ce sont les mots clefs que vous devez connaître et mémoriser. Il y a un vocabulaire de l’Histoire et de la Géographie que vous devez posséder et utiliser dans votre travail. Les manuels vous seront également utiles, dans une première phase pour vous remettre en mémoire des connaissances que vous avez vues au cours de votre scolarité.

        Le devoir type n'existe pas. Un devoir c'est un tout et on peut très bien avoir deux copies qui diffèrent sur la forme, voire sur un certains nombre de points du contenu et qui seront tous deux de bons devoirs.

         

        La forme: on attend de vous une introduction avec phrase d'accroche, une problématisation du sujet à partir de 2 ou 3 questions qui sous tendront votre travail et une annonce claire du plan, qu'il conviendra de respecter scrupuleusement bien sûr...
        Le plan doit être pertinent - il permet de répondre au sujet-, cohérent - les idées s'enchaînent d'une façon logique -, structuré - chaque partie ou paragraphe s'organise autour d'une ou deux idées force et que l'on ne retrouve pas ailleurs dans le devoir bien sur (pas de répétition).
        On termine chaque partie par un courte phrase de transition qui annonce l'idée développée dans le paragraphe suivant: on évite ainsi des ruptures trop brutales dans le déroulé rédactionnel. Les différentes parties doivent être identifiées par une séparation d'une ou deux lignes vierges.


        La méthode: D'abord une lecture attentive et réfléchie du sujet avec mise en évidence des mots structurants.
        De quoi dois-je parler...et ne pas parler
        Une fois que le sujet a été lu, analysé et compris, il faut mobiliser vos  connaissances: qu'est-ce que je sais sur ce sujet? (Les documents, quand il y en a sont précieux. D'une part parce qu'ils apportent des connaissances complémentaires et d'autre part parce qu'ils donnent un "angle" en terme journalistique au sujet. Ils indiquent comment aborder le sujet, comment le concepteur, qui est aussi l’auteur de la correction, « voit » le sujet.
         Il faut ensuite se demander comment lier ses connaissances personnelles et celles apportées par les documents.
        Puis on regroupe l'ensemble des connaissances sur deux ou trois grands axes, sans perdre de vues les problématiques initiales et en étant attentif aux trois exigences: pertinence, cohérence, structuration. On aboutit ainsi à un plan général duquel va découler le plan détaillé.

        Quel niveau de connaissances? La non plus il n'y a pas d'ambiguïté. Si certains rapports de jury font état d'un niveau de classe de troisième ne les croyez pas. Je ne connais aucun élève de troisième aussi bon soit-il capable de réussir les sujets de CRPE.
        Le niveau attendu est celui d'une bonne terminale, ce qui semble relativement logique puisque en dehors du cursus universitaire tout le monde a fait de l'Histoire-Géo jusqu'au bac.

        Tablez sur 2 à 2.5 pages par sujet.

         

         

        Repost 0
        Published by maprepacrpe2013 - dans Histoire
        commenter cet article

        Présentation...

        • : Le blog de maprepacrpe2013
        • Le blog de maprepacrpe2013
        • : Blog de ma préparation au CRPE 2013 (écrits septembre 2012, oraux mai/juin 2013) permettant d'échanger et de partager : infos, fiches, planning, etc.
        • Contact

        Rechercher

        Archives

        Pages